Atelier de sensibilisation des journalistes

Atelier de sensibilisation des journalistes

L’Agence Nationale pour les Energies Renouvelables en collaboration avec ENDA Energie a tenu ce Mercredi 14 février 2018 à l’hôtel Good Rade un atelier de sensibilisation et de formation sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique à l’endroit des journalistes. Cette activité entre dans le cadre du déroulement de son plan de communication et fait suite à une première édition organisée en décembre 2016.

Le principal objectif de cet atelier était d’informer et de sensibiliser les journalistes sur le potentiel des énergies renouvelables au Sénégal ainsi que sur les politiques nationales et régionales dans ce domaine, en vue de les inciter à une meilleure appropriation et d’en optimiser le traitement médiatique.

Cet espace de réflexion et de partage d’idées a donc permis un renforcement de capacités des journalistes afin qu’ils puissent s’impliquer davantage dans la mise en œuvre des actions prévues pour un accès aux énergies propres par les populations.

Les thèmes ci-dessous ont été abordés par les experts de l’ANER et de ENDA Energie :

  • Présentation générale
  • Projet ACEWA
  • Objectifs de l’atelier
  • Présentation du contexte international des Energies Renouvelables
  • Définitions de concepts clés
  • La politique de développement des énergies renouvelables
  • Potentialités
  • Enjeux
  • axes de développement
  • projets et programmes
  • Le rôle des médias dans la promotion des énergies renouvelables

Egalement était prévus des travaux de groupes pour la mise en place d’un réseau de journalistes spécialisés en énergie renouvelable.

A la fin de la session, les organisateurs ont réitérés leur volonté d’accompagner les journalistes dans le déroulement du programme du réseau dont la formalisation est prévue fin Mars 2018 mais aussi, ils se sont engagés à rendre accessibles toutes informations relatives au sous-secteur des énergies renouvelables.

Campagne de Sensibilisation à Ziguinchor

JOURNEE DE SENSIBLISATION A ZIGUICHOR

Dans le cadre de sa mission de promotion des énergies renouvelables dans tous les secteurs d’activité, l’Agence Nationale pour les Energies Renouvelables en collaboration avec la Mairie de Ziguinchor a organisé des Journées de sensibilisation et d’échanges sur les énergies renouvelables les 20 et 21 Décembre 2017 à Ziguinchor.

Une caravane de sensibilisation a sillonné la ville de Ziguinchor et les communes environnantes (Oussouye, Bignona, Cap Skirring…) durant toute la journée du 20 Décembre.

La deuxième journée a été marquée par différentes activités à savoir :

  • Un panel sous le thème « le rôle des énergies renouvelables dans le développement local » avec des présentations portant sur :

  • Opportunités et potentiel des énergies renouvelables dans la région de Ziguinchor (ANER)

  • La place des énergies renouvelables dans la politique énergétique municipale (Mairie de La Ville de Ziguinchor)

  • Opportunités et enjeux des formations en Energies Renouvelables (Université Assane Seck)

  • Les solutions pour le développement local : Exemple du Biodigesteur avec (Programme National De Biogaz)

  • L’efficacité énergétique pour une croissance économique (Agence pour l’Economie et la Maitrise d’Energie)

  • La signature de convention entre l’ANER et le Conseil régional de Ziguinchor pour la promotion locale des Energies Renouvelables.

  • Une cérémonie officielle de remise des séchoirs solaires installés par l’ANER au profit des femmes transformatrices de produits halieutiques au Quai de pêche de Ziguinchor.

  • Une exposition de matériels et équipements d’énergies renouvelables et des séances de démonstration ouvertes au grand public sur l’esplanade de la Gouvernance.

Ces activités étaient une occasion pour l’ANER de mener une campagne de proximité à l’endroit du grand public et des autorités locales de Ziguinchor.

 

SEV-SIERA 2017

Salon de l’Economie Verte des Etats membres de l’OCI (SEV) et Salon International des Energies Renouvelables et de l’Environnement en Afrique (SIERA)

Le Sénégal a abrité du 26 au 29 Octobre 2017 au CICES la 1ére édition du Salon de l’Economie Verte des Etats Membres de l’OCI et la 7éme édition du Salon International des Energies Renouvelables en Afrique (SEV-SIERA). Un événement organisé par le Centre Islamique pour le Développement du Commerce (CIDC) et l’Agence Nationale pour les Energies Renouvelables (ANER) en collaboration avec EXCAF Events, sous l’égide du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable et du Ministère du Pétrole et des Energies de la République du Sénégal. C’est un salon qui a été ouvert à la participation des entités spécialisées dans les secteurs de l’économie verte, aux Organisations Internationales et ONG opérant dans le domaine de l’environnement etc. C’était également un cadre d’échanges et une opportunité d’affaire entre différents fabricants, chercheurs, formateurs mais aussi les bailleurs qui sont venus pour accompagner les acteurs et les porteurs de projets. C’est un événement qui a permis de réunir les  acteurs du secteur afin d’échanger sur le développement des énergies renouvelables. Les participants ont pu s’échanger sur des thématiques transversales liées au sous secteur.

 

West Africa Power Summit 2017

SOMMET OUEST AFRICAIN SUR LES ENERGIES RENOUVELABLES

Du 12 au 14 juillet 2017 au Radisson Blu, Dakar a abrité la première édition du salon sur les Energies renouvelables organisé par le Groupe Vale Media en partenariat avec l’ANER. Cette rencontre qui a vu la participation d’institutions régionales et nationales de l’espace CEDEAO, d’éminents experts ainsi que de grands groupes industriels évoluant dans le secteur de l’Energie, avait comme thème « Relever les défis technologiques, financiers et réglementaires pour atteindre les objectifs énergétiques de la CEDEAO ». Elle a permis d’aborder les problèmes liés à l’investissement dans les projets d’énergie renouvelable et présenter les opportunités qui existent dans cette filière.

FESTIVERT Edition 2017

12ème FESTIVERT 2017

Les frères GUISSE en collaboration avec l’ANER ont organisé la 12ème édition du FESTIVERT les 19, 20, 21 Mai 2017 au parc de Hann.

Le thème de cette édition portait sur : « la promotion des énergies renouvelables pour un développement durable ».

Les objectifs du FESTIVERT 2017 ont été de :

  • sensibiliser le grand public et particulièrement les jeunes sur l’importance des énergies renouvelables pour la protection de l’environnement.

  • promouvoir les énergies renouvelables et le développement durable, comme alternatives crédibles pour la protection de l’environnement.

  • promouvoir des initiatives d’énergies propres au Sénégal

  • promouvoir l’éducation environnementale, pour favoriser un militantisme chez les enfants.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par Madame le Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable du Sénégal et le panel animé par l’ANER, l’AEME, l’ENDEV et la SENELEC.

Les deux derniers jours du FESTIVERT étaient consacrés à des activités éco-citoyennes : concours des écoles de la commune de Hann sur l’éducation environnementale et remise symbolique de cadeaux destinés au 100 meilleurs élèves avec l’appui du Centre d’éducation environnementale, activités sportives, éducatives et culturelles.

En marge des festivités, l’ANER et des structures partenaires ont exposé leurs matériels et équipements d’énergie renouvelable.

Le fonctionnement d’un barrage

Une centrale hydraulique produit de l’électricité grâce à une chute d’eau entre deux niveaux de hauteurs différentes, qui met en mouvement une turbine reliée à un alternateur.

1. La retenue de l’eau

Le barrage retient l’écoulement naturel de l’eau. De grandes quantités d’eau s’accumulent et forment un lac de retenue.

2. La conduite forcée de l’eau

Une fois l’eau stockée, des vannes sont ouvertes pour que l’eau s’engouffre dans de longs tuyaux métalliques appelés conduites forcées. Ces tuyaux conduisent l’eau vers la centrale hydraulique, située en contrebas.

La plupart des centrales hydrauliques en France sont automatisées. Chaque centrale se met en marche selon un programme pré-défini en fonction des besoins d’électricité.

3. La production d’électricité

À la sortie de la conduite, dans la centrale, la force de l’eau fait tourner une turbine qui fait à son tour fonctionner un alternateur. Grâce à l’énergie fournie par la turbine, l’alternateur produit un courant électrique alternatif.

La puissance de la centrale dépend de la hauteur de la chute et du débit de l’eau. Plus ils seront importants, plus cette puissance sera élevée.

4. L’adaptation de la tension

Un transformateur élève la tension du courant électrique produit par l’alternateur pour qu’il puisse être plus facilement transporté dans les lignes à très haute et haute tension.

L’eau turbinée qui a perdu de sa puissance rejoint la rivière par un canal spécial appelé canal de fuite.

source: https://www.edf.fr/groupe-edf/espaces-dedies/l-energie-de-a-a-z/tout-sur-l-energie/produire-de-l-electricite/le-fonctionnement-d-un-barrage

Qu’est-ce que la biomasse ?

L’énergie issue de la biomasse est une source d’énergie renouvelable qui dépend du cycle de la matière vivante végétale et animale.

L’énergie biomasse est la forme d’énergie la plus ancienne utilisée par l’homme depuis la découverte du feu à la préhistoire. Cette énergie permet de fabriquer de l’électricité grâce à la chaleur dégagée par la combustion de ces matières (bois, végétaux, déchets agricoles, ordures ménagères organiques) ou du biogaz issu de la fermentation de ces matières, dans des centrales biomasse.

La biomasse par combustion

Les déchets sont directement brûlés en produisant de la chaleur, de l’électricité ou les deux (cogénération). Cela concerne le bois, les déchets des industries de transformation du bois et les déchets végétaux agricoles (paille, canne à sucre, arachide, noix de coco…).

L’usine d’incinération des déchets urbains TIRU (filiale d’EDF) d’Ivry-sur Seine (Val-de-Marne) traite les déchets ménagers de plus de 5 millions d’habitant (soit plus de 690 000 t par an).

En France, 10 % de la production d’électricité d’origine biomasse provient de la combustion du biogaz.

La biomasse par méthanisation

Les déchets sont d’abord transformés en un biogaz, par fermentation grâce à des micro-organismes (bactéries). Le biogaz est ensuite brûlé. Ce biogaz est proche du gaz naturel et majoritairement composé de méthane. Cela concerne les déchets ménagers, le fumier et lisier d’animaux, les boues de stations d’épuration, les papiers et cartons…

En France, plusieurs centrales produisent de l’électricité grâce à la biomasse, essentiellement du bois. Elles sont le plus souvent installées au plus près des lieux mêmes de stockage des déchets. Le bois est également utilisé pour le chauffage collectif et industriel.

L’énergie biomasse n’émet presque pas de polluants et n’a pas d’impact sur l’effet de serre. La quantité de CO2, un gaz à effet de serre, qu’elle rejette, correspond à la quantité absorbée par les végétaux pendant leur croissance.

De plus, la valorisation du biogaz en électricité évite l’émission de méthane, un autre gaz à effet de serre, dans l’atmosphère. Il représente un potentiel énergétique très important, en provenance principalement des décharges, mais aussi des boues d’épuration et des déchets urbains et agricoles.

Aujourd’hui seulement 1/4 de ce potentiel est réellement utilisé pour la production d’électricité et/ou de chaleur.

Sources: https://www.edf.fr/groupe-edf/espaces-dedies/l-energie-de-a-a-z/tout-sur-l-energie/produire-de-l-electricite/qu-est-ce-que-la-biomasse

Qu’est-ce que l’énergie hydraulique ?

L’énergie hydraulique permet de fabriquer de l’électricité, dans les centrales hydroélectriques, grâce à la force de l’eau. Cette force dépend soit de la hauteur de la chute d’eau (centrales de haute ou moyenne chute), soit du débit des fleuves et des rivières (centrales au fil de l’eau).

L’énergie hydraulique dépend du cycle de l’eau. Elle est la plus importante source d’énergie renouvelable.

Sous l’action du soleil, l’eau des océans et de la terre s’évapore. Elle se condense en nuages qui se déplacent avec le vent. La baisse de température au-dessus des continents provoque des précipitations qui alimentent l’eau des lacs, des rivières et des océans.

Une centrale hydraulique est composée de 3 parties :

  • le barrage qui retient l’eau
  • la centrale qui produit l’électricité
  • les lignes électriques qui évacuent et transportent l’énergie électrique

En France, l’hydroélectricité est exploitée depuis la fin du 19ème siècle, ce qui en fait la plus ancienne des énergies produite grâce à une ressource nationale. EDF exploite 640 barrages dont 150 d’une hauteur supérieure à 20 m.

C’est une énergie qui n’émet pas de gaz à effet de serre, elle est utilisable rapidement grâce aux grandes quantités d’eau stockée et c’est une énergie renouvelable très économique à long terme.

Il existe 3 principales formes de barrages :

Le barrage-poids

En béton ou en pierre, c’est le plus simple et le plus lourd.

Il est vertical par rapport à la retenue et incliné par rapport à la vallée. Il s’appuie uniquement sur le sol.

Ainsi, il oppose toute sa masse à la pression de l’eau.

Le barrage-voûte

En béton, il s’appuie en partie sur des parois rocheuses. Grâce à sa forme courbe, il reporte la pression de l’eau sur les rives. Il peut aussi être soutenu par des contreforts.

Il est incliné par rapport à la retenue et vertical par rapport à la vallée. Il est souvent utilisé dans des vallées étroites.

Le barrage à contreforts

Ses contreforts triangulaires en béton lui permettent de reporter la pression de l’eau vers le sol.

Il est très léger car son poids se réduit seulement à celui des contreforts.

 

Sources: https://www.edf.fr/groupe-edf/espaces-dedies/l-energie-de-a-a-z/tout-sur-l-energie/produire-de-l-electricite/les-differentes-formes-de-barrages

Qu’est-ce que l’énergie éolienne ?

L’énergie éolienne est une source d’énergie qui dépend du vent. Le soleil chauffe inégalement la Terre, ce qui crée des zones de températures et de pression atmosphérique différentes tout autour du globe. De ces différences de pression naissent des mouvements d’air, appelés vent. Cette énergie permet de fabriquer de l’électricité dans des éoliennes, appelées aussi aérogénérateurs, grâce à la force du vent.

Une éolienne est composée de 4 parties :

  • le mât
  • l’hélice
  • la nacelle qui contient l’alternateur producteur d’électricité
  • les lignes électriques qui évacuent et transportent l’énergie électrique (lorsqu’elle est raccordée au réseau)

Descendante du moulin à vent du Moyen Âge, la première éolienne a été mise en service en France à Dunkerque en 1990.

Fin 2012, la France compte environ 4 500 aérogénérateurs.

C’est une énergie qui n’émet aucun gaz à effet de serre et sa matière première, le vent, est disponible partout dans le monde et totalement gratuite.

Il existe 2 sortes d’installations éoliennes, en fonction de leur situation géographique et de la superficie disponible.

En ferme

Une ferme éolienne, ou parc éolien, est constituée de 3 à 10 machines distantes entre elles d’au moins 200 m. La production d’électricité, la plupart du temps achetée par EDF à son producteur, est acheminée par un câble jusqu’au réseau. Étant donné l’envergure des éoliennes, il faut disposer d’une grande superficie pour installer un parc éolien significatif.

En off-shore

Il s’agit d’un parc éolien implanté en mer, à environ 10 km des côtes, à des profondeurs allant jusqu’à 25 à 30 m. Il est raccordé au réseau terrestre par un câble sous-marin.

Source: https://www.edf.fr/groupe-edf/espaces-dedies/l-energie-de-a-a-z/tout-sur-l-energie/produire-de-l-electricite/les-differents-types-d-eoliennes

Qu’est-ce que l’énergie solaire ?

L’énergie solaire est une source d’énergie qui dépend du soleil. Cette énergie permet de fabriquer de l’électricité à partir de panneaux photovoltaïques ou des centrales solaires thermiques, grâce à la lumière du soleil captée par des panneaux solaires.

Le soleil, bien que distant de plus de 150 millions de kilomètres de nous, demeure notre plus grande source d’énergie même si elle est intermittente.

C’est une énergie propre qui n’émet aucun gaz à effet de serre et sa matière première, le soleil, est disponible partout dans le monde, gratuite et inépuisable.

Comment fonctionne une installation solaire ?

3 éléments sont nécessaires à une installation photovoltaïque : des panneaux solaires, un onduleur et un compteur.

Ces trois éléments permettent de récupérer l’énergie transmise par le soleil, de la transformer en électricité puis de la distribuer à l’ensemble des clients connectés au réseau.

  • intégrés au toit, les panneaux solaires convertissent directement la lumière en courant électrique continu
  • l’onduleur permet ensuite de transformer l’électricité obtenue en courant alternatif compatible avec le réseau
  • le compteur mesure la quantité de courant injectée dans le réseau