Les études réalisées par l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal(OMVS) et l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Gambie (OMVG), en

perspective du développement d’unité hydroélectrique, montrent l’existence de

plusieurs sites ayant un potentiel estimé à près de 1400 MW sur les fleuves Sénégal

et Gambie ainsi que leurs affluents. L’exploitation de cet important potentiel devra

être envisagé dans le cadre de ces deux institutions sous régionales.

En plus du barrage de Hydroélectrique de Manantali (200 MW, 800 GWh/an)

fonctionnement depuis 2002, l’OMVS vient de terminer en 2013 la construction du

barrage hydroélectrique de Félou d’une capacité de 60 MW pour une production de

320 à 350 GWh/an.

Les prévisions de la demande ainsi que la planification du parc de production et des

réseaux de transport d’énergie électrique, faites par l’OMVS, ont permis de prévoir

l’intégration de centrales hydroélectriques notamment: Gouina (140 MW, 570 à 620

GWh/an), avant 2016; Gourbassi (18MW, 696 GWh/an) en 2017; Bouréya (114 MW,

733 GWh/an) en 2021; Koukoutamba (294 MW, 888GW/an) en 2017; et Badoumbé

(70 MW, 410 GWh/an) en 2023.